As, 39-45

Un as japonais pour ouvrir  la rubrique, vu que sakaî en ce moment ( euh... bon...) :

01- Hiroyoshi NISHIZAWA  ( 1920 - 1944 ) : 

Amcl jym zero 01

“Le Diable de Rabaul” : Le premier as des as dans cette vitrine !  En juin 1936 il s’engage comme élève-pilote dans l’aéronavale japonaise. Après l’entrée en guerre contre les États-Unis, il vole d’abord sur Mitsubishi A5M, puis sur Zéro (Mitsubishi A6M), particulièrement avec l’as les plus connu après-guerre, Saburo Sakai. Il obient ses premières victoires homologuées en avril et mai. Début août 1942, son escadrille s’installe près de Rabaul, où il gagnera son surnom lors des affrontements de Guadalcanal. Nishizawa est alors crédité de 40 victoires. Il est muté pendant de longs mois comme instructeur, il n’y a pas que les alliés qui protégeaient leurs grands asEn février 1944, il retrouve l’action et les succès.  Le 25 octobre, il escorte la première attaque kamikaze. Pendant cette mission, Nishizawa remporte ses 86e et 87e victoires, des Grumman F6F Hellcats. Il se porte volontaire pour une mission suicideet essuie un refus. Nishizawa meurt en tant que passager d’un “Helen”, il allait réceptionner une nouvelle monture. L’avion est abattu par des Hellcat. Nishizawa est considéré comme le top scorer japonais de la seconde guerre mondiale, même si Iwamoto postula à ce titre. Mais ce dernier semble avoir largement gonflé ses exploits (plus de 200 victoires!). La majorité des spécialistes penche pour Nishizawa, avec un total de 87 victoires aériennes.

 La maquette : Airfix sort de superbes kits depuis quelques années, souvent des reprises très modernisées de ceux de ses glorieuses décades. La maquette est très belle, très complète, sans défaut particulier, avec un superbe intérieur… et ce n’est pas cherLe Mitsubishi A6M2, édité en 1941 (pour l’anniversaire de Pearl Harbour) nous a fourni la base de l’avion le plus célèbre de l’as, un A6M3. Seules modifications, le capot moteur et l’hélice ont été récupérés dans une vieille boite Hasegawa, qui fournissait à l'époque à chaque fois les trois capots! L’appareil était dépourvu de mat radio (boucher le trou dans la verrière). Les camouflages japonais sont un vrai régal! Peintures de mauvaise qualité, conditions atmosphériques difficiles… dans le cas du zinc de Nishizawa, c’est plutôt le résultat d’un badigeon hatif! 

Amcl jym zero 03 Amcl jym aces 02 Amcl jym aces 01

 

duel dans le pacifique...? :

02- IRA C. KEPFORD ( USA) : Corsair F4-U,  Maquette Academy, échelle 1/72e, par Jean-Yves. Une très belle maquette.

Amcl jym aces 07 Amcl jym aces 09 Amcl jym aces 08

 

 

03- Alan DEERE ( NZ ) : maquette Airfix, SPitfire Mk1a, au 1/72e, par Jean-Yves : Deuxième as néozélandais de la 2e Guerre Mondiale, il a traversé tout le conflit sur les variantes successives du Spitfire ! Premières victoires pendant la Bataille de France. Combats au-dessus de Dunkerque. Bataille d’Angleterre bien sur ! Participation au Débarquement du 6 juin 44. Abattu plusieurs fois, il termine la guerre avec 22 victoires.

Amcl jym aces 17 jym-deere.jpg Amcl jym aces 16

 

Spitfire Mk I. Kit Airfix nouvelle génération. Superbe… sauf le pare-brise trop gros, trop profond, trop carré ! Remplacé par celui… du Spit I Airfix des années 70 !

 

04- James McLACHLAN, DSO, DFC, 2 barres, Croix de guerre Tchecoslovaque. 16.5 victoires ( +3 ), à confirmer. Après avoir combattu pendant la Bataille de France et la Bataille d'Angleterre. Il ira combattre à Malte. Abattu, il sera amputé d'un avant-bras ( d'où son insigne ), ce qui ne l'empechera pas de reprendre les combats, sur un hurricane MkII, noir, pour la chasse de nuit. Il remportera encore 4 autres victoires avant ses dernière victoires, sur Mustang cette fois, avion dans lequel il sera abattu, devant malheureusement mourir en captivité le 31 juillet 1943. Il avait alors 24 ans.

Maquette au 1:48e, Hasegawa. par Neil King. Montage " from the box" peinture à l'aéro.

02 01 amcl 06 02 01 amcl 08 02 01 amcl 07

 

05- "Mike" GLADYCH, Le polonais “Mike” Gladych participe à la Campagne de Pologne sur PZL P11c. Après la défaite, il rejoint la France où il vole avec le GC I/145 (Caudron 714). Plusieurs revendications mais aucune victoire homologuée avec ces deux forces aériennes. Il passe en Angleterre. Avec la RAF, il commence son tableau de chasse le 23 juin 1941, quand, sur Spitfire (déjà surnommé “Pengie”), il abat trois chasseurs puis un quatrième par abordage volontaire. En 1944, il obtient son transfert au 56 FG de la 8 AF et accroit son palmarès, sur plusieurs variantes du Thunderbolt, pour devenir le deuxième as polonais du conflit. 18 victoires, 8 RAF et 10 USAF.

Gladych 1

 En 1950, à l’occasion d’un meeting à Frankfort, alors qu’il évoque trois rencontres avec des appareils allemands codés “13 blanc”, à trois dates bien différentes, où à court de munitions il fut épargné par l’adversaire, il aperçoit un vétéran allemand qui semble particulièrement sensible à son histoire. Il s’agit en fait du pilote qui en ces trois occasions lui laissa la vie sauve. Le fameux pilote est Georg Peter Eder, un As allemand aux 78 victoires

Son P-47 M illustré ici est tiré de l’excellente maquette Revell “nouvelle génération”… qui fournit même les décals pour! Le dessus du fuselage est un peu poncé pour atténuer le galbe du dessus du fuselage entre le capot et le pare-brise (peut-être à tort ! mais la comparaison avec des photos réelles me semblaient aller dans ce sens, idem pour le ventre vu de profil, un peu trop replet). Les P-47 M du 56th (la seule escadrille à ne pas passer sur Mustang !) revétirent des camouflages surprenants, appliqués “artisanalement” en escadrille avec des mélanges de peinture à base de stock réglementaire et d’achats chez les commerçants du coin ! Bien malin celui qui affirmerait être sur à 100 % de la couleur supérieure du P-47 de Gladych (et de ses collègues du 56). On a avancé le noir, le bleu marine et même un violet foncé…

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site